HibouBleuOK.jpg
legoutdesogres.jpg
Le goût des autres - affiche.jpg

Le clown, présent sur scène avec la musicienne, s’amusera à porter un masque, à jouer d’autres rôles, à faire peur, à pleurer.Toutes les émotions seront montrées à la loupe et le plaisir de jouer qu’éprouve le comédien au plateau sera donné à vivre en direct et partagé avec le public. L’instrumentarium du spectacle est le seul élément de scénographie. Il porte à lui tout seul l’ensemble des 6 flûtes à bec et constitue déjà un bel objet.

Conçu pour jouer dans la rue ou en tout autre lieu, ce spectacle tout public d’une durée de 45 minutes a été créé avec des enfants au sein des écoles. Il utilisera l’environnement qui lui sera proposé pour inventer et construire sa scénographie afin de s’adapter au public présent et de se fondre parfaitement dans le lieu qui l’accueille.

lgdobandeau.jpg

Ce spectacle aborde des sujets clés dans le développement de l’enfant, notamment la peur, sujet que l’on retrouve dans de nombreux albums de littérature enfantine. « La peur est utile dans le sens où il faut la dépasser pour se construire ».Tomi Ungerer
La peur fait partie intégrante du développement de l’enfant, elle est en quelque sorte un passage obligé. En ouvrant les portes de l’imaginaire, on peut ainsi l’aider à vaincre ses peurs, à les dépasser pour lui apprendre à avoir confiance en lui, en l’autre et en ses aptitudes.

L’histoire, c’est le destin extraordinaire d’une enfant héroïque qui affronte l’ogre du haut de ses 6 ans : un bon outil pour faire entendre aux plus jeunes que la vie est toujours remplie de surprises. Comprendre que l’on peut s’accepter soi-même, tel que l’on est, avec nos défauts et nos qualités pour être en mesure d’aller vers l’autre et réussir à vivre avec lui en bonne harmonie.

Le thème du plaisir de cuisiner et de partager des plats préparés avec de bons aliments est également central dans cette histoire. Cuisiner pour soi et pour ses convives est un acte d’amour et montre l’attention et le soin que l’on porte aux autres, mais aussi à soi-même.

Mais l’on peut se nourrir de tout autre chose, comme de LA MUSIQUE par exemple. L’ogre ne pensera bientôt plus à manger tant il lui sera agréable d’écouter et de jouer de la flûte. En utilisant la métaphore de la musique, l’envie qu’éprouvent les ogres de se rassasier sans répit sera ici représentée par ce besoin glouton de chanter et de jouer de la musique.

Ce qui nous a paru intéressant c’est d’utiliser un instrument de musique mal connu pour raconter cette histoire : la flûte à bec. Cet instrument fait rire, et pourtant quand une experte comme Amélie Affagard nous en parle, on découvre ses richesses insoupçonnées. 6 flûtes à bec aux différentes tailles nous feront voyager dans un univers musi- cal varié pour une palette infinie d’émotions.

Amélie.jpg
Zameliboum-AmelieAffagard2-c-ArnaudBerte
kathy et laurent.jpg
HibouBleuOK.jpg

Contact

Jan Duszynski